La Cour européenne des droits de l’homme n’est plus celle des droits de l’enfant !

La Cour européenne des droits de l’homme n’est plus celle des droits de l’enfant !

Le 20 février 2013

Dans son arrêt rendu hier dans une affaire autrichienne (requête no 19010/07), la Cour européenne des droits de l’homme prive un enfant de son père sous prétexte que la compagne de sa mère veut l’adopter !

 

Dans cette affaire, le père qui voit régulièrement son enfant et paie une pension alimentaire a refusé de donner son consentement à  l’adoption de son enfant par la compagne de la mère.

 

Malgré cela, la cour européenne condamne l’Autriche sous prétexte que le refus d’adoption manifesterait une différence de traitement entre les requérantes et un couple hétérosexuel non marié dont l’un des membres aurait souhaité adopter l’enfant de l’autre !

Cette affaire ne concerne pas, pour l’instant, la France, dans la mesure où la France ne permet pas l’adoption par un couple non marié, qu’il soit de sexe différent ou de même sexe.

 

Mais la cour filtre le moustique et avale le chameau car le fait d’avoir des parents homme et femme, un père et une mère, est bien plus fondamental pour un enfant que le fait d’avoir des parents mariés.

 

Cet arrêt inique est contraire à la Convention des droits de l’enfant qui pose le droit de l’enfant à connaître ses parents et être élevé par eux, dans la mesure du possible (art.7).

 

« La cour européenne perd avec cette décision toute crédibilité. Elle est la machine à satisfaire des revendications des adultes, au détriment des enfants », commente Béatrice Bourges, porte-parole du Collectif pour l’enfant. « Elle est peut-être la cour européenne des droits de l’homme, mais elle n’est certainement plus celle des droits de l’enfant ! », conclut-elle. 

 

Share